VNdex Votre site de news sur les Visual Novel

7Avr/13Off

[Reporting des teams] Träumendes Mädchen

Le reporting des teams continue, avec cette fois-ci une équipe spéciale, celle de Träumendes Mädchen, créatrice de visual novels francophones avec comme projet principal Milk ~ La légende des étoiles dont le premier épisode est sorti en février 2013, et avec d'autres projets secondaires comme Being Beauteous, créé à l'occasion du concours Visual Novel No-Xice 2012 et Ambre pour le Nanoreno 2013.

La personne ayant répondu à nos questions est Helia, fondatrice de du dev-blog Träumendes Mädchen et du site La mélancolie d'une otaku.

1)- Comment avez-vous découvert les VN et avec lequel en particulier ?

Le tout premier VN auquel j'ai joué c'était Narcissu. J'en avais entendu parler sur des blogs otakus que je lisais à l'époque parce que la Kawa Soft comptait en faire une traduction. Comme je suis un peu impatiente, je suis allée directement le découvrir en anglais et j'ai été épatée par les possibilités que permettaient le média.

Dans le même temps, j'ai été longtemps persuadée que les eroge étaient tous des jeux pornographiques avec un scénario ridicule et il a fallu que je découvre plusieurs eroge avec un fort scénario pour me convaincre du contraire (d'abord Saya no Uta parce qu'on en parlait sur ces mêmes blogs otaks, et ensuite -surtout- Yume Miru Kusuri, découvert un peu par hasard)


2)- Pouvez-vous nous parler de l'histoire de la création de votre équipe ?

A la base, je ne pensais pas être prête à écrire pour un VN et je me contentais de tenir mon petit blog personnel régulièrement, avec l'idée de peut-être faire un jour un petit jeu parodique sur une idée farfelue. Et puis j'ai fini par avoir un élan d'inspiration. L'histoire qui est sortie de ma tête à ce moment-là me plaisait tellement que j'ai décidé qu'il fallait absolument qu'elle voie le jour

Le problème c'est que je n'ai pas de talent pour le dessin (j'aimerais bien mais je suis une quiche). En plus de cela je suis très maladroite quand il s'agit d'utiliser RenPy (le moteur de VN le plus populaire et le plus simple actuellement) et on m'a assuré que ce n'était pas une bonne idée d'utiliser de la musique qui ne soit pas libre de droits.

Il m'a donc bien fallu rechercher des co-équipiers une fois la rédaction du projet terminé. Comme j'avais continué à tenir ce blog, j'avais quelques lecteurs par-ci par-là et parmi eux il y en a eu qui ont bien voulu m'aider. C'est à partir de là que l'équipe s'est formée petit à petit.

3)- Qui sont les personnes qui composent votre équipe?

Actuellement le coeur de l'équipe se compose de moi en tant que chef de projet/scénariste, Morsy et Melow aux graphismes, Roganis à la musique et Keul à la composition. Nous avons aussi des membres plus informels qui filent un coup de main pour d'autres tâches plus ingrates : à la correction il y a Orfaen et Faf, qui s'occupe aussi du web-design.

En sachant que deux de nos graphistes ont dû nous abandonner pour des raisons diverses et variées, je ne les compte donc pas dans le lot mais ils ont réellement participé au projet.

4)- Définissez votre équipe en 2 mots

En deux mots 0______o ?

Eh ben, c'est concis comme demande X')

Hum....

"Soudée et bon enfant" ?

J'avoue que je sèche, 2 mots c'est vraiment trop peu pour moi ^^'

5)- Avez-vous eu la moindre expérience personnelle dans l’écriture d’un scénario/roman avant Milk ?

Un peu, mon neveu ! Je suis écrivain amateur par hobby, donc forcément ce n'est pas la première fois que j'ai l'envie de bâtir une histoire. J'écris depuis toute petite, je suis littéraire de formation et j'ai déjà participé à quelques concours pour voir un peu ce que cela donnait.

Cependant, jusque là j'éprouvais des difficultés à achever mes récits. Donc bizarrement, même si j'écris depuis très longtemps, Milk est mon plus gros texte achevé à ce jour. J'ai bien un gros roman inachevé toujours dans les tiroirs mais ma priorité étant sur les visual novel, je ne compte pas le finir avant un moment -si j'arrive à m'y remettre.

6)- Quelles sont vos sources d’inspiration pour ce projet ?

Il y en a tellement que je ne pourrais pas tous vous les lister comme ça, de tête XD. J'ai pris appui sur des sources très diverses : ça va de la littérature classique (je cite du Rousseau, du Choderlos de Laclos, du Marivaux), à de la littérature moins classique (des contes de Andersen, une pièce de théâtre pour enfants), en passant par de la B.D (Thorgal), des dessins animés (Babar, Ulysse 31, les Tortues Ninja), des films (aucun titre ne me vient, malheureusement), des jeux-vidéo (j'en cite plein), des animes (je cite du Haruhi mais on peut sentir parfois mon amour pour Serial Experiments Lain ou Noir), des visual novel (je cite Yume Miru Kusuri mais je pense aussi à Narcissu ou Saya no Uta) avec aussi parfois des références mythologiques (mythologie grecque, mythologie celtique).

Je dirais que ma particularité c'est justement que je mélange beaucoup de sources différentes et a priori incompatibles pour en faire des histoires qui me ressemblent et qui sont égalemment influencées par des choses que j'ai vécu ou des gens que je connais).

Reste à voir si mon côté éclectique plaît aux gens ou pas, mais le but c'est avant tout pour moi d'aimer ce que j'écris (c'est tout de même plus dur d'être motivé si on n'aime pas son histoire).

7)- Que trouvez-vous être le plus dur ? Avez-vous eu des difficultés inattendues ?

Je dirais que le plus dur au début c'est de comprendre comment on est censé s'organiser lorsqu'on veut créer un visual novel. Personne n'en parle nulle part, on est obligé de découvrir, de trébucher, d'apprendre alors qu'une fois que c'est lancé, ça va beaucoup mieux, mais ça prend du temps.

Par contre, par la suite, ce qui devient le plus compliqué à maîtriser c'est ce qu'on appelle le "turn-over". En gros, quand les membres apparaissent et disparaissent, parce que cela suppose de tout ré-organiser proprement à chaque fois. Cela me demande de beaucoup m'adapter et ça introduit surtout pas mal d'incertitude parce qu'on ne peut jamais prévoir ce qui va arriver dans la vie des autres.

Je dirais que ce sont ces deux éléments là (désormais, pour nous, surtout le deuxième) qui apportent le plus de difficultés inattendues.

8)- Qu'est-ce qui vous motive dans votre travail?

Cela peut paraître très cliché mais tant pis... Lorsqu'on est écrivain, ce sont les oeuvres que l'on écrit qui nous font vivre, qui donnent du sens à ce que l'on est. Alors ce qui me motive dans le fait d'écrire c'est tout simplement que ça donne du sens à ma vie. J'ai l'impression de servir à quelque chose, d'être utile et je m'accroche à cette sensation.

Je n'aime pas être en manque d'inspiration parce que ça me déprime, ça me fait me sentir inutile. Même si je suis heureuse en marge de l'écriture (ce qui se passe dans ma vie privée), j'aurais toujours ce sentiment d'insatisfaction qui va me bouffer de l'intérieur.

Alors, même si les gens n'aiment pas ce que je fais, je dois continuer à écrire jusqu'à ce qu'un jour j'ai enfin le sentiment d'avoir fini mon oeuvre, de ne plus rien avoir à dire.

C'est pour cela que je tiens autant à ce projet, parce qu'il m'est nécessaire, et je suis prête à me battre et à aller jusqu'au bout...pour pouvoir passer au suivant, et encore au suivant après cela. Des projets (dont des projets de VN) j'en ai des tonnes dans ma tête et je crains n'avoir qu'une seule vie pour tous les finir. Autant y aller à fond dès maintenant !

Tout ceci était horriblement cliché, je m'en excuse, vous pouvez me lapider tout de suite en place publique ^^'

9)- Quel est votre rapport par rapport à la communauté du VN français ?

Euh, je ne suis pas sûre de bien comprendre : qu'est-ce que tu entends par rapport ?

Et justement il n'y a pas de communauté du VN français, si 0__o ?

Ou alors j'ai manqué des tas d'épisodes <_<

Intervieweur :

- Disons au fans de VN

Helia :

-Et pour le "rapport", tu parles de quoi ? Ce que je pense des fans de VN français ? Comment je construis mon VN par rapport à ce public-là ?

Intervieweur:

- Oui, ou comment tu les vois, comment tu interagis avec eux.

Helia :

-Interagir avec eux ? Hum...

Globalement pas mal de fans de VN que je connais sont très centrés sur 3-4 titres qu'ils encensent en permanence, ce que je trouve un poil dommage parce que du coup ils se ferment à la nouveauté et à de potentielles surprises (certaines personnes ne jugent par exemple que par certains types de VNs japonais et considèrent que les VN anglophones sont forcément inférieurs)

mais en dehors de cela, je n'ai pas de difficultés particulières avec eux et il m'arrive d'entamer la conversation quand l'occasion se présente.

Après, je ne leur en veux pas du tout dans le sens où je suis une des rares personnes un peu "spécialiste" sur les visual novel amateurs réalisés en anglais et que quand on ne s'y connait pas, on peut vite être noyé dans la masse de productions et ne pas trop savoir ce qui vaut le coup ou pas.

Si c'était possible, j'aimerais bien que davantage de fans de VN s'intéressent à cette sphère afin de me trouver des partenaires de conversation parce que ça me manque un peu mais ça c'est juste un caprice de ma part XD.


10)- Comment définiriez-vous le VN avec vos propres mots?

Sur la FAQ de notre Dev-Blog, j'appelle ça un "croisement ingénieux entre un livre et un jeu vidéo" et je maintiens toujours. A mes yeux, le visual novel restera toujours un livre intéractif mais dont l'intéractivité varie selon la vision qu'en a le créateur, ce qui offre énormément de variantes et de possibilités.


11)- Que pensez-vous du futur du VN en France?

 Je dirais qu'il est encore à bâtir et que c'est cela qui est fascinant : tout est encore possible. Au Japon, le média est déjà totalement nécrosé par des tonnes de codes qui offrent assez peu peu de libertés aux créateurs alors qu'en Occident, ça va surtout dépendre de la direction donnée par les premiers arrivés et des personnes qui vont suivre.

Je pense que le visual novel a un avenir dans le sens où il peut redonner le goût de la lecture à des personnes qui s'en sont désintéressé (les jeunes, par exemple, qui sont beaucoup plus familiers des jeux-vidéo) mais aussi dans le sens où le média est porteur d'un nombre impressionnant de possibilités.

Reste que pour parvenir à l'éclosion du genre en France, il faut encore que des personnes motivées se retroussent les manches et proposent leurs créations afin de, peut-être, en inspirer d'autres, qui en inspireront d'autres à leur tour (le fameux effet boule de neige). C'est comme ça que la création fonctionne.

Et c'est pour cela qu'avec la team on espère contribuer à donner cette impulsion. Avec nos petits moyens à nous, bien sûr, on n'a pas la prétention de lancer un mouvement tout seul XD.